Oser être soi-même

etre soi

Oser être soi-même est le challenge du siècle dans cette société ou l’image de soi est mise au premier rang. Faire bonne figure, être apprécier, répondre aux normes sociétales, ne pas faire de vague, etc. Ce que vous êtes dépendrait-il vraiment de l’estime que vous portent les autres ? Qui êtes-vous en dehors du regard de l’autre ? Comment oser être enfin soi-même tout en cultivant des relations harmonieuses ? Réponses dans cet article en 5 questions. 

 

Pourquoi faut-il être soi-même ? Quels sont les avantages ? 

Être soi-même, cela signifie être authentique, être transparent.  

On parle alors de congruence : c’est la capacité à mettre en accord ce que je vis et ce que j’exprime. 

Pourquoi oser être soi-même ? Pour être en harmonie avec son entourage, sa manière de vivre et son environnement. Si ce que je suis en désaccord avec ce que j’exprime et ce que j’exprime étant désaccord avec ce que je vis, je me sens divisée, je ne suis plus en accord avec mes valeurs.  

Pourquoi n’est-il pas si simple d’oser être soi-même ? Parce que cela demande d’oser prendre sa place dans la relation à l’autre et cela peut faire peur à de nombreux égards : 

  • Savoir dire non 
  • Exprimer ses besoins 
  • Partager ses doutes, ses questionnements 
  • Dévoiler sa vulnérabilité 
  • Donner clairement à l’autre la possibilité de se positionner (plutôt que de rester flou ou fuyant pour éviter ses réactions)  
  • Faire face à ses propres émotions 

Si je ne m’autorise pas à être moi-même, je freine mon épanouissement au quotidien et m’ouvre à d’autres maux qui peuvent finir par me rendre encore plus malheureux : 

  • Déception 
  • Frustration 
  • Conflit avec soi 
  • Conflit avec les autres 
  • Stress 
  • Maux, maladie (qu’on peut comprendre comme un « mal-à-dire » 
  • Mésestime de soi 

Faut-il avoir une bonne confiance en soi pour oser être soi ? 

Effectivement, les deux sont reliées. 

On dit “oser être soi” car cela représente un risque. Quel risque ? Le risque de déplaire, d’être en désaccord avec l’autre. Pour assumer cela, il faut en effet avoir suffisamment d’ancrage, de sécurité intérieure, ne pas dépendre du regard de l’autre. 

Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il faille attendre d’avoir une bonne confiance en soi pour commencer à être soi-même. C’est en s’exerçant qu’on y arrive. Cela demande de sortir de sa zone de confort pour oser se dévoiler aux autres. Le seul mot “oser” indique de lui-même qu’il faille prendre un risque pour être soi, que ce n’est pas si facile que cela.  

Une chose intéressante à noter, c’est que la confiance en soi est innée, puis elle se perd, et peut se regagner. Voyez comme à la naissance on a totalement confiance en soi. Regardez un enfant, comme il est spontané. Il ne se demande pas ce qu’on pense de lui à chaque instant avant de parler. Cette spontanéité chez les enfants nous émerveille tant. 

Puis avec l’éducation, les croyances de nos éducateurs de références qu’on finit par intégrer pour soi, les expériences malheureuses, on perd de notre estime de soi. Cela nous empêche d’agir comme on le souhaiterait parce qu’on a peu confiance en soi. 

La bonne nouvelle c’est que, comme la confiance en soi était déjà là à l’origine et qu’elle est partie, elle peut revenir ! Cela se travaille

Quelles sont les stratégies pour enfin oser être soi ? 

Il s’agit justement d’arrêter toute stratégie ! Être soi ne demande aucune stratégie. Abandonnez justement la stratégie de calculer votre comportement dans l’attente de l’approbation des autres. Lâchez toute stratégie ! C’est le fameux lâcher-prise

La seule chose qui peut vous y aider, c’est de développer votre sécurité intérieure, votre calme intérieur, votre sérénité, votre autosatisfaction, vote amour de soi. Alors seulement, vous êtes en mesure de ne pas dépendre du regard des autres. Le vôtre vous suffit. Vous vous suffisez à vous-même.  

Dans cet ancrage, cet amour propre, vous êtes en capacité de donner le meilleur de vous-même, d’être bienveillant avec vous-même et les autres et de vous donner généreusement dans la relation.  

On peut prendre l’image d’une boite de chocolat que vous voulez offrir à quelqu’un. Avant d’offrir cette boite de chocolat, vous vous assurez d’abord que les chocolats sont bons et de bonne qualité. Comment faites-vous pour cela ? Vous les goûtez vous-même ! Si vous les appréciez vous-même, vous pouvez les offrir à autrui en toute confiance car vous savez qu’ils sont bons. Il en est de même avec vous. Lorsque vous vous appréciez, vous pouvez vous donner à la relation en toute confiance. L’autre est libre de ne pas aimer, de ne pas VOUS aimer, mais cela ne remet pas en cause vos qualités. Cela parle simplement de SA propre subjectivité. Tout le monde n’aime pas le chocolat et cela ne veut pas dire que le chocolat n’est pas bon 😉

 

Comment être soi-même avec les autres ? 

Je vois le travail sur deux plans : 

  1. Développez votre estime de vous, votre amour propre :  
  • passer du temps avec vous-même,  
  • prenez soin de vous,  
  • valoriser vos qualités,  
  • appréciez votre différence,  
  • identifier vos croyances limitantes,  
  • apprenez de vos erreurs sans vous culpabiliser,  
  • prononcer des affirmations positives,  
  • changer votre manière de vous parler,  
  • changer vos habitudes de vie néfastes,  
  • ayez une bonne hygiène de vie,  
  • faites du sport régulièrement. 

2. Osez  

  • Challengez-vous, avec bienveillance, pour gagner des petites victoires et expérimentez qu’en vérité vous n’avez rien à perdre à être vous-même, mais bien au contraire tout à gagner.  
  • Dites de ce que vous pensez avec respect,  
  • Regardez les gens dans les yeux,  
  • Ne vous excusez pas d’exister. 

Pourquoi peut-on avoir du mal à être soi-même au travail /dans la société alors que l’on y arrive très bien avec ses amis ? 

Effectivement, il est plus facile d’être soi-même avec ses amis proches qu’avec ses collègues ou autres personnes avec qui nous sommes moins intimes.  

Pourquoi ? C’est toujours une histoire de confiance et de sécurité intérieure. Avec mes proches, je me sens en confiance. Ils m’acceptent tel que je suis. Je n’ai pas peur qu’ils me jugent ou qu’ils m’abandonnent.  

Plus la relation est forte et sécurisanteplus je peux m’autoriser à être moi-même. Et ce qui est intéressant c’est que ça marche aussi dans l’autre sens : plus je peux m’autoriser à être moi-même, plus la relation devient forte et sécurisante.   

C’est ce même travail qui se passe en thérapie : grâce à la relation de confiance que vous établissez avec votre thérapeute, vous vous autorisez à être de plus en plus vous-même. C’est comme ça que vous apprenez à mieux vous connaitre et à reprendre confiance en vous. 

 

L’engagement dans la relation

L’engagement dans la relation est la capacite a etre vraiment soi-meme avec l’autre. Comment respecter ses propres besoins tout en respectant les besoins de l’autre ? Dans cet article, vous comprendez les enjeux des relations.

S’engager pour oser être soi-même

L’engagement est toujours lié à une relation, envers soi-même et envers les autres. S’engager dans un apprentissage, s’engager dans un contrat, s’engager dans une activité, s’engager dans une relation…

S’engager signifie étymologiquement « en-gage », c’est-à-dire mettre en gage, se lier par une promesse. Ainsi, l’engagement, telle une promesse, raisonne comme une confiance inébranlable dans le choix que je fais et que je sens juste. Je m’engage lorsque je me lance vers une direction qui m’appelle fortement. Je suis alors prête à faire face aux difficultés qui se lèveront sur ce chemin, coûte que coûte et portée par une certaine force à la hauteur de ma détermination.

L’engagement dans la relation implique quant à elle de nombreuses complexités liées à nos différentes personnalités, et donc contrariétés. C’est ce qui rend l’engagement parfois difficile avec la peur d’être vraiment soi-même face à l’autre.

Il y a une sorte de mystère autour de cette notion d’engagement : qu’est-ce qui me pousse à prendre telle ou telle direction ? D’où me vient ce désir de me lancer ? Qu’est-ce qui rend parfois si difficile de faire ce choix ? Qu’est-ce qui se joue profondément pour moi et pour les autres ?

L’approche centrée sur la personne est une thérapie relationnelle au cœur de ces questionnements car l’engagement dans la relation est le moteur du changement et du développement personnel.

Qu’est-ce que la relation thérapeutique ?

L’engagement et la liberté peuvent sembler paradoxales. Comment l’engagement dans une relation peut-elle m’aider à me sentir plus libre ?

En vérité, cela dépend des conditions dans laquelle prend place cette relation. S’il y a bienveillance, volonté de compréhension, absence de jugement, alors il y a de fortes chances pour que la relation soit un terrain d’épanouissement. C’est le propre de l’approche centrée sur la personne. Le thérapeute incarne les conditions favorables pour que la relation offre à la personne la possibilité d’être vraiment elle-même.

Dans ce climat thérapeutique, la personne se sent en confiance, accepter telle qu’elle est. Elle peut s’autoriser à vivre pleinement ce qui la traverse sans la peur d’être juger. En ce sens, Carl Rogers écrivait : « Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. »

 Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

Pour cela, la relation doit être suffisamment bienveillante pour que la personne s’y engage et s’autorise à y être authentique. En ce sens, il y a une recherche de l’essentiel qui s’installe dans la relation. Cet essentiel, me semble-t-il, s’apparente à la simplicité, sans-condition, à la joie d’être. La joie d’être simplement, peu importe ce qui émerge. Cet essentiel, je constate qu’il mène chaque fois la personne et moi-même vers une autonomie et une liberté plus grande encore.

La liberté d’être soi-même dans la relation nous aide à grandir vers encore plus d’essentiel, plus de créativité. On se sent pleinement vivant. Carl ROGERS parlait de « la vie pleine ». En cela, si les conditions le permettent, la relation peut être thérapeutique.

Vous souhaitez faire l’experience de la relation therapeutique ? Je vous accompagne personnellement en rendez-vous en visioconference.